Facebook Messenger : Nouvel allié des banques


Avec plus de 1.3 milliards d’utilisateurs à travers le monde (septembre 2017), l’application de chat lancée en 2011 par Facebook n’a pas fini de séduire. Son objectif ? Vous garder le plus longtemps possible sur son application. Pour cela, Facebook vient d’annoncer une nouvelle fonctionnalité : le paiement par message, en collaboration avec votre banque.

Facebook a toujours été un moyen de communiquer avec sa clientèle de façon différente et bien souvent plus ludique. Votre banque n’y échappe pas en cherchant à créer un lien plus direct et une image plus moderne de leurs enseignes. La majorité des posts sont donc souvent rédigés sur trois grandes thématiques :

  • La proximité
  • Le conseil
  • L’échange

Peut également vous intéresser :   Les jeunes: Cible à conquérir pour les banques

Mais bien évidemment, ces méthodes de communication sont pratiquement les mêmes pour chacune des enseignes (Hors banques en ligne), il est donc devenu important de se démarquer. Pour cela certaines banques innovent et n’hésitent pas créer des partenariats avec des start-up pour promouvoir leur image de marque et non leurs produits. L’association entre la Société Générale et Jam (Chatbot présent sur Messenger) montre ce changement d’attitude. La banque au carré rouge et noir prodigue des conseils financiers aux utilisateurs intéressés, sans jamais y vendre ses produits. Un moyen de créer un lien qui ne soit pas ressenti comme commercial.

Paiement mobile : la nouvelle arme de Facebook Messenger

Le paiement mobile nouvelle arme de messenger

Le paiement mobile nouvelle arme de Messenger – Screen credit : Messenger

 

« Le paiement de personne à personne sur Messenger arrive en 🇫🇷! Rapide, efficace, et sécurisé. Fonctionne avec votre carte bancaire. » pic.twitter.com/2V7IduHZbZ

David Marcus (@davidmarcus) 7 novembre 2017

Voila comment David A. Marcus, Vice-Président de Facebook en charge de Messenger et ancien patron de Paypal, présente cette nouvelle fonctionnalité Messenger via son compte Twitter.

Présente depuis 2015 aux Etats-unis, cette fonctionnalité est loin d’être novatrice. Plusieurs Start-up sont déjà présentes dans le domaine avec une notoriété qui n’est plus à remettre en question : Lydia, Pumpkin, Paypal, ou encore les cagnottes en ligne comme le pot commun ou Leetchi. Toutes ces entreprises voient donc arriver ce nouveau concurrent de taille sur le marché avec sûrement plus ou moins d’appréhensions.

Présenté comme rapide, efficace et sécurisé, ce nouveau moyen de paiement joue surtout sur une application unique. Jusqu’à présent, lorsque vous vouliez rembourser un ami, vous échangiez par Messenger et ensuite vous vous rendiez sur Lydia pour réaliser le remboursement (pour les plus connectés d’entre vous). Désormais, lorsque vous recevrez le montant que vous devez à votre ami(e) par message, il vous sera possible de réaliser immédiatement le versement sans même quitter l’application de Facebook.

Messenger s’allie aux banques

Lancer un moyen de paiement c’est bien, mais faut-il encore en avoir les moyens et les droits.

Pour cela, afin de lancer son système de paiement en Europe, Facebook Messenger a dû faire la demande auprès de la Banque Centrale d’Irlande pour devenir un « établissement prestataire de paiement et d’émission de monnaie électronique« . Cette demande, validée en octobre 2016 après 2 ans de patience, autorise Facebook (sa filiale Facebook Payments International Ltd pour être précis) à pratiquer toutes les activités liées à ce titre, en Europe.

Une fois cette autorisation décernée il a encore fallu une année au réseau social pour mettre en place, avec les banques et le Groupement Carte Bancaire CB, un système rapide, fiable et répondants aux critères de sécurité des établissements bancaires. Et les banques ne se cachent pas de cette alliance avec l’un des GAFA (Google-Apple-Facebook-Amazon) pourtant tant décriés de leur part ces dernières années.

Un avantage pour tous

On pourrait penser que ce nouvel outil s’oppose aux objectifs des banques qui avaient déjà commencées à se lancer sur le créneau en rachetant Leetchi et Pumpkin (Crédit Mutuel Arkéa), ou encore Le Pot Commun (Groupe BPCE). Néanmoins, elles trouvent dans ce concurrent un avantage économique non négligeable : la réduction du paiement en espèce et de l’utilisation des chèques. Ces deux moyens de paiements sont très coûteux pour les banques en terme de gestion et d’émission. L’objectif de suppression de ces derniers est donc, selon elles plus important que le marché du versement mobile.

Peut également vous intéresser : Le Paiement Sans Contact (NFC) crève le plafond 

L’utilisation de ce service étant sans frais pour vous et votre banque, comment Facebook y trouve son compte ?

Facebook ne cherche pas a rentabiliser tout de suite chaque outil mis en place. Ses méthodes de rémunérations sont bien plus subtiles. En effet, plus vous avez d’outils à votre disposition sur leurs applications, moins vous les quittez et plus vous leurs laissez d’informations sur vous même. Alors rassurez-vous, vos coordonnées bancaires sont protégées, mais vos données personnelles valent bien plus chères car elles leurs permettent de personnaliser toujours plus les publicités qui vous seront destinées et donc facturer plus cher les annonceurs qui souhaiteraient vous toucher.

A qui sera donc facturé ce nouveau service ? Aux entreprises qui voudront vous faire voir leurs produits sur Facebook.

Un déploiement en cours

Un point sur lequel Facebook communique moins est la vitesse de déploiement de ce service en France. Le nombre d’utilisateurs étant très important, le déploiement de ce service se fait progressivement. Ne vous inquiétez donc pas s’il vous est impossible de vous servir de cette fonctionnalité, vous serez surement les prochain(e)s !

Paiement Messenger en cours de déploiement

Paiement Messenger en cours de déploiement