L’intelligence Artificielle pour gérer vos finances : Sujet sensible !


Opinion Way, en collaboration avec VMware, a réalisé une enquête sur le sujet de l’utilisation de l’intelligence artificielle par les Français. Et même si certains secteurs sont assez mûrs pour cette dernière, d’autres sont encore à prendre avec des pincettes. Quelle en est la situation pour le secteur bancaire ? Prêt à laisser vos finances dans les mains d’un robot ?

Depuis quelques années le secteur bancaire connait de très grosses mutations. Entre les banques en ligne et plus récemment les nouveaux acteurs que sont les néo-banques, de nombreuses évolutions ont eu lieu. Cette modification du secteur oblige tous ses acteurs à réfléchir à de nouveaux moyens d’échanger et communiquer avec leur clientèle. L’économie et l’amélioration de la relation client deviennent les maîtres mots de ces recherches.

C’est à ce moment que la réflexion de l’intégration de l’IA (Intelligence Artificielle) est en train de se faire. Que choisir ? Chatbot sur les réseaux sociaux (ex : Jam x Société Générale), IA en relation directe avec la clientèle (ex : Orange Bank), IA en soutien aux conseillés (ex : Watson de IBM avec le Crédit Mutuel), … ? De nombreuses possibilités existent mais la question est de savoir comment les Français les perçoivent-elles.

Le premier point permettant le bon fonctionnement d’une IA est bien évidemment l’alimentation de ses connaissances. Afin de vous aider au mieux, cette dernière doit avoir accès à vos données personnelles afin de les analyser et vous apporter une expérience des plus complète. Cependant à la question concernant l’accès à vos données financières personnelles par une entreprise près de 70 % des français se disent défavorables contre seulement 10% favorables (20% n’étant ni favorable, ni défavorable ou ne se prononçant pas).


Extrait résultat d'enquête Opinion Way pour VMware

Extrait résultat d’enquête Opinion Way pour VMware


On peut alors se poser la question des raisons de cette réticence de communication de vos informations. Il est vrai que dans l’enquête réalisée par deloitte sur la relation entre les français et leur banque au mois de septembre, près de 43% se disaient favorables à la mise en place de l’IA. Cependant, cette enquête ne posait pas la question des craintes que pouvaient avoir ces derniers à propos de l’intelligence artificielle. Ainsi on découvre que les français se méfient de l’automatisation avec 66% qui craignent pour la sécurité de leur informations. Cependant, on retrouve un certain partage des avis quand à la différence entre les conseils humains et technologiques.


Extrait résultat d'enquête Opinion Way pour VMware

Extrait résultat d’enquête Opinion Way pour VMware


Mais l’humain pourrait-il réellement être remplacé par l’IA ?

Extrait résultat d'enquête Opinion Way pour VMware

Extrait résultat d’enquête Opinion Way pour VMware

Peut être bien pour la qualité du conseil, mais pas pour la qualité des échanges. Car, ce que l’on peut retirer de cette enquête Opinion Way, c’est que l’humain garde une place de choix dans les échanges pour plus de 49% des français. Et même si la fiabilité des informations fournies par une intelligence artificielle n’a de comparable, en réduisant le risque d’erreurs. Elle ne prend cependant pas en compte la dimension humaine et l’adaptabilité en fonction du profil de la personne en face d’elle. Les français ne sont pas près à se laisser guider les yeux fermées par la technologie. Les IA ont donc besoin d’évoluer afin d’améliorer ces échanges très personnalisés. Il n’y a ainsi pas de bon choix d’application de l’IA pour les banques, le chatbot conseil, le contact client ou le soutien conseiller. Elle doit néanmoins toujours être assistée d’un être humain afin d’améliorer ses conseils tout en développant la productivité et la réduction de l’erreur humaine.