Retirer de l’espèce chez votre commerçant : une pratique bientôt possible !


Alors que le secteur bancaire connait déjà beaucoup de changements avec le développement des banques mobiles, une nouvelle directive européenne pourrait bien continuer à bouleverser la manière dont vous utilisez votre argent.

DSP2 : Retrait chez votre commerçant à compter du 13 janvier

DSP2 : Retrait chez votre commerçant à compter du 13 janvier

La DSP2 (Directive des Service de Paiement 2), qui doit mettre à jour à sa première version DSP (adoptée en novembre 2007), est en pleine négociation avec les différents acteurs bancaire afin de simplifier et sécuriser les moyens de paiements mis à votre disposition. A l’heure actuelle, l’un des sujets sur le tapis est la possibilité de retrait d’espèces directement chez votre commerçant.

A compter du 13 janvier 2018, date d’entrée en application du texte DSP2, les commerçants seront autorisés a pratiquer le « Cash Back ». Pratique déjà présente chez nos voisins européens comme l’Allemagne, le « Cashback » consiste à payer en carte bancaire et de recevoir le montant en espèce par votre commerçant. Ainsi, en plus de régler vos courses, vous pourrez retirer jusqu’à 60€ en espèce (Montant du plafond évoqué jusqu’à lors pour ce système).

Les réfractaires ne sont pas ceux que l’on pense

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les plus réticents à ce système ne sont pas les commerçants, mais bel et bien les banques.

Un commerçant à tout à gagner avec ce système. En effet, lors du règlement en espèces de vos achats, le fond de caisse de votre commerçant augmente, l’obligeant à se rendre à son établissement bancaire afin de déposer ces fonds. Malheureusement, c’est lors de ces transports de fonds que les agressions et les vols de recettes sont les plus réguliers. Votre commerçant a donc tout à y gagner à réduire ce montant en paiement carte bancaire et donc le nombre de trajets risqués.

Du côté des banques, l’enthousiasme n’est pas partagé … Qui dit retrait chez les commerçants dit réduction de l’utilisation des distributeurs automatiques de billets. Distributeurs coûteux à l’installation, à la maintenance et donc à l’amortissement de leur coût. Déjà chahutés par la sortie de nouveaux acteurs comme Orange bank (le 2 novembre 2017), cette annonce vient comme un nouveau coup de massue. En effet, en plus de nécessiter la suppression de nombreux autres distributeurs pour réduire les coûts (Processus déjà entamé), ce dispositif risque d’impacter fortement la hausse de l’utilisation du paiement sans contact censé lutter contre l’utilisation d’espèces.

Mais qui va payer ?

Personne ! Et c’est ça le plus beau.

Ni vous, ni votre commerçant n’aura à débourser le moindre centime en frais pour utiliser ce service. Si vous retirez 50€, cela débitera votre compte en banque de 50€ et votre commerçant recevra exactement la même somme.

 

Peut également vous intéresser : Le plafond du Sans Contact passe à 30€